HAWA FM

HAWA FM

GCC

Quantum-Touch® : vers de nouvelles formes hybrides
Par

Alexis Loisel-Montambaux

L’obsession pour la recherche du bien-être au quotidien est apparue ces dernières années comme une des tendances principales qui s’est répandue dans le monde entier : de la méditation au yoga, du vivre-ensemble au team building promu par la culture d’entreprise des start-up californiennes, jusqu’aux courants de pensée positive energy…

Le collectif GCC s’est intéressé à l’apparition de ces modes de vie et de ces courants de pensée New Age sous des formes hybrides dans les pays du golfe persique, en particulier dans la sphère politique publique. 

Le collectif GCC, qui se définit lui-même comme une délégation, est créé en 2013 à Dubaï. Il se composait initialement de 8 membres : Nanu Al-Hamad, Khalid Al Gharaballi, Fatima Al Qadiri, Abdullah Al-Mutairi, Monira Al Qadiri, Aziz Al Qatami, Barrak Alzaid, Amal Khalaf. Ils sont originaires du Koweït, du Sénégal et de Singapour et vivent aujourd’hui dispersés entre les villes de Koweït, New York, Londres, Berlin et Amsterdam. GCC est entre autres l’acronyme de Gulf Cooperation Council. Leur processus de création en groupe se fait aussi à l’instar d’un conseil politique ; les membres discutent et négocient entre eux de façon collégiale pour prendre des décisions. 

Dans son installation Positive Pathways (+), 2016, GCC représente une femme qui impose les mains devant un enfant. Ce geste est issu du toucher quantique ou Quantum-Touch®, une pratique de guérison pseudo-scientifique, supposément basée sur les flux d’énergie. Comme le titre de l’œuvre, les couloirs de la piste tracés sur le sol font référence à un état d’esprit optimiste pour envisager une multitude d’issues possibles lorsqu’on fait face à une situation. La figure féminine pourrait aussi bien être une allusion à la figure de la mère, qu’à celle de la ministre du bonheur des Emirats Arabes Unis, nommée plus tôt en 2016.

L’étude de l’attitude positive se retrouve dans la série Gestures, 2017, des bas-reliefs rouges, couleur des tapis de cérémonies officielles, qui représentent des personnages imposants les mains, en position de prière ou de méditation. Ils sont tirés de vidéos YouTube de discours politiques. Par exemple, le geste de la main avec les trois doigts fait référence à celui largement employé par le premier ministre des Emirats Arabes Unis lors des cérémonies et discours, geste relégué via les média et les réseaux sociaux. Ce geste de triomphe représente à la fois un W pour win, V pour victory et un L pour love. Outre l’objectif d’entourer de valeurs positives le pouvoir politique, qui est rappelons-le héréditaire, on peut aussi y voir un moyen de renforcer l’unité nationale au sein d’un jeune état fédéral (créé en 1971), au sein d’une population dont 90 % serait issue de l’immigration. 

A quelques mois d’intervalle, GCC expose de nouveau ces images rendues en 3D et tirées de vidéos. Cette fois-ci, les bas-reliefs sont de couleur pierre, posés à même le sol devant leur caisse de transport. Ils sont ébréchés, fissurés tels des objets antiques tout droit excavés d’une zone sableuse. En quelques mois, ils semblent avoir vieilli de plusieurs siècles. Il s’agit en réalité d’une autre série très similaire, Mahd (Gesture I-VI). L’effet poussiéreux est obtenu par l’enduit de poudre pour bébé sur leur surface. 

Ces bas reliefs sont accompagnés d’une œuvre sonore, une voix robotique qui prononce des textes issus de discours politiques et d’un ancien texte mésopotamien, l’Epopée de Gilgamesh. Les paroles du passé et du présent s’entremêlent, à moins que l’une ne tente de remplacer l’autre.

Avec ces séries d’œuvres, GCC questionne le devenir des traditions, comment certaines sont rendues désuètes, disparaissent peu à peu pour être remplacées par d’autres. GCC souligne les rôles du politique dans ce processus d’obsolescence. En particulier comment les gouvernements des pays du Golfe, par leurs injonctions à la recherche du bien être, promeuvent certaines pratiques New Age issues de pays occidentaux, sous des formes hybrides nouvelles. De fait, ces oeuvres nous invitent aussi à reconsidérer une vision classique binaire basée sur l’opposition des notions d’Orient et d’Occident.

#GCC #collectif #bien-être #politique #new age #Émirats Arabes Unis