Hassan Hajjaj

A travers des séries photographiques teintées de syncrétisme culturel, Hassan Hajjaj met en scène des femmes arborant fièrement djellabas et niqabs colorés et ornés de logos Nike ou Louis Vuitton. Une belle façon de traiter avec dérision les polémiques qui existent autour des vêtements traditionnels musulmans, tout en déconstruisant les aprioris que la société occidentale a bâti autour de la culture nord africaine.

capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

© Hassan Hajjaj

capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

Né à Larache au Maroc, Hassan Hajjaj s’installe à Londres avec sa famille à l’âge de 13 ans pour y rejoindre son père. Très vite, il comprend sa différence : il ne parle pas la langue, et ne connaît que très peu cette nouvelle culture qui s’offre à lui.Curieux et passionné, Hassan Hajjaj tisse rapidement des liens avec le milieu culturel local, se liant d’amitié avec de nombreux artistes. Ce qui deviendra sa double culture – entre Maghreb et Europe – il en fait une force.Son travail artistique et ses productions sont le miroir de tous les éléments l’ayant entouré en grandissant. Il a su affronter l’inconnu en démontrant habilement à quel point la sensibilité et l’inspiration n’ont pas de frontières.

capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

© Hassan Hajjaj

capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

Composé d’images et de logos cultes, son travail plastique s’inscrit dans la lignée du Pop-Art, non sans une touche de parodie. Il revisite avec originalité les codes visuels africains en les poussant aux frontières d’un art européen post-moderne. Son univers pluriculturel, hybride et ultra coloré se revêt de références kitsch assumées et revendiquées.

Ce qui importe à l’artiste, c’est de décrire la réalité et le quotidien des hommes et des femmes qu’il a côtoyés dans son enfance et qu’il s’applique à présent à photographier. A ses yeux, force est de constater qu’il existe un décalage entre ce que l’occident s’imagine de la culture maghrébine et africaine et ce qu’elle est en réalité.

A travers ses portraits, Hassan Hajjaj rend hommage aux anonymes, mais également aux jeunes artistes qui constituent la scène artistique contemporaine africaine. Parmi eux, Hindi Zahra ou encore les sœurs Yéménites A-WA, magnifiées dans des portraits hauts en couleur à l’image de l’énergie qu’elles déploient sur scène. C’est avec cette même volonté de rendre hommage à ceux qui l’ont inspiré qu’Hassan Hajjaj conçoit une installation vidéo « My rocks star » afin de mettre en commun les performances de neuf musiciens de différentes origines. Qu’elles soient hip-hop, jazz ou issues des traditions soufies, ces compositions s’accordent et se mélangent créant une mosaïque étonnamment homogène.

capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

© Hassan Hajjaj

 

capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

Afin de faire valoir les échanges culturels entre Europe et Afrique, Hassan Hajjaj ouvre sa propre boutique à Londres portant le nom de sa ville natale Larache. Il expose ses différentes productions artisanales et nous invite ainsi à partager son univers, en nous asseyant de préférence sur un fauteuil confectionné de caisses de Coca tout en portant une djellaba funky au milieu de lanternes et de tapis orientaux.En 2011, il design également le restaurant Andy Wahloo à Paris, clin d’œil au surnom  que lui avait ironiquement attribué Rachid Taha.capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

© Hassan Hajjaj

capture-decran-2016-09-15-a-00-24-14

Ce qui ressort des différentes productions d’Hassan Hajjaj, c’est avant tout une volonté de bouleverser une image altérée de la culture nord africaine qui est bien trop souvent véhiculée. Comme un combattant qui ne se revendique pas de l’être, Hassan ose.

Il transforme les éléments de sa vie, les capture, les confectionne en de nouvelles choses, fonctions, vérités… Il fait évoluer des sujets dits sensibles en une dénonciation de l’absurdité : ainsi leur portée polémique ne semble plus faire autorité… Un échange avec l’artiste que l’on pourrait donc conclure en ces mots :

« Niqab et Nike, pourquoi pas ? ».

capture-d_ecc81cran-2016-09-15-acc80-00-24-142

Capture d’écran 2017-02-23 à 04.19.45.png

capture-d_ecc81cran-2016-09-15-acc80-00-24-142

Retrouvez HAWA sur Facebook et Instagram

capture-d_ecc81cran-2016-09-15-acc80-00-24-142

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s